Maisons sur la Saône (Max Josserand)

 

Les modifications sociales liées à l'usage du métal à la fin du Néolithique n'ont pas pour autant fait complètement disparaître le mode de vie agropastorale qui s'était imposé en France. La culture campaniforme a perduré régionalement comme dans le Languedoc mais l'arrivée de nouvelles entités sociales et culturelles a entraîné les anciennes communautés dans l'Age du Bronze.

 

Entre 2500 et 1500 avant Jésus-Christ, l'innovation technologique du bronze, alliage de cuivre et d'étain qui en assurait la dureté, a provoqué l'aménagement de nouveaux circuits économiques dont le but était l'approvisionnement en étain. Les régions atlantiques ont profité de cette demande de minerais dont elles possédaient de riches gisements, permettant ainsi de nouvelles relations avec le monde méditerranéen qui ne feront que se renforcer. Dans le sud de la France, la culture de Fontbouïsse présente des sites fortifiés attestant l'autorité des guerriers asseyant leur pouvoir sur l'art de la métallurgie.

 

Haches votives. Sermizelles (Yonne)

 

Cette période du Bronze ancien se caractérise également par un ensevelissement individuel des personnes sous tumulus contrairement à la mode passée des sépultures collectives. Le matériel funéraire découvert dans les tombes de cette période étant principalement constitué de petits poignards, de torques, d'épingles à têtes variées (trèfle, enroulée ou à palette) et de poteries. La Vallée des Merveilles, dans les Alpes-Maritimes, pourrait être un site religieux important du Bronze ancien et de l'Age du Fer qui met en évidence la transition entre la fin du Néolithique avec les représentations agropastorales et l'Age du Bronze avec celles des poignards triangulaires caractéristiques.

 

Les richesses que constituaient les approvisionnements en minerais ont favorisé l'ascension sociale des guerriers dont la prééminence de l'autorité se retrouve dans certaines tombes princières accompagnées d'armes de bronze, de pointes de flèches en silex, de  bijoux en bronze, en  ambre ou en or comme les lunules, de vaisselles d'or et d'argent, de bâtons en pierre précieuse, etc. Le contrôle évident des routes de l'étain, du cuivre et d'autres matières précieuses procurait un pouvoir important aux chefs des communautés concernées et permettait des échanges culturels avec les populations étrangères. L'Armorique (civilisation des Tumulus), l'Irlande et l'Angleterre (civilisation du Wessex) avec l'étain, les pays de la Baltique avec l'ambre, la vallée du Rhône pour les relations méditerranéennes ont été autant de zones intenses d'échange. L'habitat, autour des centres de pouvoir, semble correspondre à des fermes isolées, dispersées dans un paysage très boisé.

 

Casque à crête. Musée de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire)

 

Entre 1800 et 1200 avant Jésus-Christ, les sites prestigieux du Bronze ancien se raréfient et on assiste à une régionalisation des cultures du Bronze moyen. La façade atlantique reste caractérisée par ses centres métallurgiques produisant des  haches, de  grandes épées exportées jusqu'aux Pays-Bas, des haches à talon et des bijoux. Dans les échanges, le commerce des métaux emprunte les voies maritimes ou peut-être fluviales pour les exportations. A cette époque, le commerce de l'étain atteint son apogée avec des pourcentages pouvant atteindre 20% dans l'alliage des outils (ciseaux,  haches), des armes (épées, pointes de lance...), des bijoux (jambières, épingles, bracelets,...). Le centre de l'Europe se distingue par la présence de  poteries funéraires typiques dans les tumulus : motifs par excision ou par estampillage. On retrouve cette céramique en Allemagne et dans toute la France. Les tombes princières sont plus rares qu'au Bronze ancien. Quelques exemples de tumulus de femmes de haut rang datent de cette période : Lastour (Aude),  Blanot (Côte d'Or) et la Colombine (Yonne) au Bronze final.

 

Les représentants de cette culture sont des éleveurs nomades nourrissant les porcs à la glandée. Leur habitat n'a pas sensiblement évolué par rapport au Chalcolithique. Les progrès liés à la métallurgie ont permis de faciliter les travaux de construction ou d'aménagements naturels mais n'ont pas engendré de nouveautés architecturales.

 

Rasoir en bronze de Magny-Lambert. Musée archéologique de Dijon (Côte d'Or)

 

Vers 1200 avant Jésus-Christ, les communautés de l'Age du Bronze vont adopter le rituel de l'incinération avec dépôt d'armes brisées et d'urnes cinéraires. Les grandes tombes princières du Bronze ancien deviennent rares comme celle du tumulus de Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) où le défunt reposait accompagné de son épée, d'un petit couteau de fer, d'un torque, etc. Le Bronze final reste une période où la structure sociale s'organise autour de guerriers. La surproduction est ritualisée; ainsi de nombreux dépôts dans les rivières ou dans des caches illustrent ce "rite". Les épées, les casques et les armures retrouvés en offrande dans les zones marécageuses ou fluviatiles en portent le témoignage. La statuaire du Bronze final illustre également ce culte avec les stèles de guerriers en arme, de représentations de chars, de boucliers, qui étaient apparues en Corse dès le Bronze moyen comme à Filitosa avec des statues-menhirs.

 

L'apparition du rituel cinéraire permet de créer la civilisation des "champs d'urnes". Cette civilisation est aujourd'hui décomposée en plusieurs ensembles : Groupe Atlantique, Rhin-Suisse-France Orientale, Gündsingen, etc. Dans les palafittes des régions alpines et jurassiques, l'art de la métallurgie offre un foisonnement d'outils, d'armes et de bijoux d'excellente facture. Le métal est à cette époque complètement intégré à la vie quotidienne des habitants avec l'utilisation d'outils comme les scies, les marteaux, les enclumes, les burins, les gouges, etc.

 

Fiasques en bronze de Blanot. Musée archéologique de Dijon (Côte d'Or)

 

Cette culture se propagera en France tandis que la façade atlantique poursuivra son rôle de production métallifère, ajoutant la production de plomb à celle de l'étain qui s'amenuise. Cette nouvelle exploitation du plomb en Armorique va conduire à la réalisation des haches à douille qui serviront aux échanges commerciaux, précédant ainsi les monnaies de la période suivante. Ce facteur sera peut-être à l'origine d'un changement dans la hiérarchie des autorités où les marchands remplaceront les guerriers dans le contrôle de la production et de la distribution des richesses, phénomène qui s'accentuera dans la culture celte.

 

La fin de l'Age du Bronze est caratérisée par un système d'occupation du territoire structuré par quelques places fortifiées autour desquelles se regroupent en hameau quelques fermes. On peut dater de cette époque la naissance des terroirs modernes même si de nombreuses modifications sont intervenues depuis.